RAIDH - Réseau d’Alerte et d’Intervention pour les Droits de l’Homme
Bouton menu

CP du RAIDH : journée mondiale contre la torture, journée anti-Taser

Paris, le 25 juin 2006

Torture, une seule journée mondiale contre toute une année horribilis ?

A la veille de la journée mondiale contre la torture, RAIDH s’inquiète des futures années horribilis que nous prépare le ministère de l’intérieur. Quelques jours après la clôture de l’appel d’offre en pistolets électriques paralysant, 7 parlementaires ont déjà fait part de leurs préoccupations au ministre.

Informés par le RAIDH sur l’équipement prochain de nos forces de l’ordre en pistolets électriques paralysant et sur leurs dangers, 7 parlementaires ont adressé des questions écrites à notre ministre de l’intérieur depuis le 12 juin dernier.

Ainsi :
• Francis Hillmeyer, Député UDF
• Jean Gaubert, Député socialiste
• Yves Détraigne, Sénateur UDF
• Nicole Borvo Cohen-Seat, Sénatrice communiste
• Monique Cerisier-Ben Guiga, Sénatrice socialiste
• Bernard Piras, Sénateur socialiste
• Ivan Renar, Sénateur communiste

ont fait part de leurs préoccupations, face aux dangers que fait courir à tous l’introduction des pistolets électriques paralysant. Ils soumettent au ministère leur désir de voir publier le rapport d’expérimentation de ces armes par certaines forces de l’ordre françaises. Les Sénatrices Nicole Borvo Cohen-Seat et Monique Cerisier-Ben Guiga demandent également « un moratoire immédiat sur les commandes de Taser effectuées par le ministère dans le cadre de l’appel d’offre en cours ». Parallèlement, Ivan Renar suggère au ministre de l’intérieur l’interdiction de la vente libre de ces armes.

Fort du soutien de ces membres de la représentation nationale, RAIDH réitère sa volonté de voir l’opinion publique s’emparer de cette question. A la veille de la journée mondiale contre la torture, RAIDH s’inquiète de voir bientôt à la disposition des policiers et gendarmes une arme qui envoie une décharge électrique de 50 000 volts et paralyse le système nerveux de la victime pendant plusieurs secondes.

Un pistolet électrique paralysant ne laisse pas de traces, crée des souffrances aiguës et pourra être utilisé par les forces de l’ordre pour intimider, humilier ou faire parler des suspects, détenus, prisonniers ou autres. Dans ces conditions, ce pistolet s’apparente à une arme de torture au sens de la Convention des Nations Unies contre la torture de 1984. La France ayant ratifié cet instrument en 1986, elle est dans l’obligation de prévenir tout acte de torture qui pourrait être commis sur son territoire. En dotant des forces de l’ordre au contact constant de la population, (telles les B.A.C.) de pistolets électriques paralysants ou en diffusant largement cette arme sans une formation stricte, nos autorités se rendent coupables de défaut de vigilance et exposent la population à des souffrances extrêmes et injustifiées.

RAIDH entend continuer à dénoncer les risques que la diffusion de pistolets électriques paralysants dans notre société fait courir à toute la population française. Il appelle nos citoyens à se joindre à la mobilisation de nos sénateurs et députés pour que tous soient informés des armes dont sont munis ceux qui ont également pour mission de nous protéger.

Pour sensibiliser sur les dangers du Taser, rien ne vaut la visualisation de nos vidéos, recompilées à partir de séquences de démonstration du Taser...

A voir ici : ou à télécharger directement : (attention 800kos)

D’ores et déjà, RAIDH a invité ses 1000 pétitionnaires à diffuser ces vidéos autour d’eux !

Contact Presse RAIDH : 08 70 245 147 (prix d’un appel local)


CONTACT
RAIDH - Réseau d’Alerte et d’Intervention pour les Droits de l’Homme
119, rue du Temple 75003 Paris - France -
Tél. : 08.70.24.51.47 - WWW.RAIDH.ORG