RAIDH - Réseau d’Alerte et d’Intervention pour les Droits de l’Homme
Bouton menu

Die-in contre la peine de mort aux Etats-Unis

RAIDH et la Coalition mondiale contre la peine de mort vous invitent à participer à une action collective Place de la Concorde à 18h00 à proximité de l’Ambassade des États-Unis à Paris pour rappeler que la peine capitale n’est pas une peine mais une violation du droit à la vie.

SAMEDI 2 JUILLET 2011 à 18h00 PLACE DE LA CONCORDE RASSEMBLEMENT MILITANT CONTRE LA PEINE DE MORT AUX ETATS-UNIS

Il y a 35 ans, le 2 juillet 1976, la Cour suprême fédérale des États-Unis levait un moratoire de 4 ans, autorisant la reprise des exécutions dans tous les états qui avaient conservé la peine de mort dans leur arsenal juridique.
A ce moment-là, seuls 12 états n’avaient pas recours à cette violation du droit fondamental qu’est le droit à la vie. Aujourd’hui, 4 états ont rejoint le camp abolitionniste : New York en 2004, le New Jersey en 2007, le Nouveau Mexique en 2009 et enfin l’Illinois le 9 mars 2011.
Il aura fallu une décennie pour que l’Illinois, état du président Obama, perde le goût des exécutions étatiques.

C’est en décembre 2000 que le gouverneur d’alors George Ryan, connu pour être un fervent partisan de la peine de mort, décide d’un moratoire. Il a créé une commission d’enquête sur le sujet après avoir constaté que 13 condamnés à mort avaient été innocentés et libérés alors que, durant la même période, 12 exécutions avaient eu lieu. En janvier 2003, à la fin de son mandat, il a décidé de commuer en peines de prison les condamnations à mort de 167 prisonniers, vidant du même coup le couloir de la mort de son État.

En avril 2010, soit après 10 ans de moratoire, et en pleine campagne pour élire le prochain gouverneur, un sondage a été effectué auprès des électeurs : seuls 39% des sondés savaient que la peine de mort existait toujours en Illinois, 33% pensaient qu’elle avait été abolie et 28% n’avaient aucune idée sur la question. Dans le même laps de temps, toujours en Illinois, le taux de criminalité (nombre de meurtres par 100 000 habitants) passait de 7,7 à 6,11 ! Ces chiffres ne font que renforcer les doutes émis quant à l’aspect dissuasif et l’utilité de la peine de mort !
Aujourd’hui, nous tenons à remercier le gouverneur Pat Quinn qui a accepté de signer cette loi votée par les représentants et les sénateurs de son état. Aujourd’hui, nous continuons à manifester en solidarité avec les abolitionnistes américains pour qu’un nouveau moratoire sur les exécutions soit prononcé par la Cour suprême.

Aujourd’hui, l’Illinois prouve que l’abolition n’est pas une utopie.

Voir le dossier de presse de l’ACAT, partenaire de l’opération