RAIDH - Réseau d’Alerte et d’Intervention pour les Droits de l’Homme
Bouton menu

La mort d’un homme relance le débat sur l’utilisation du pistolet Taser

RAIDH est actuellement poursuivi par le distributeur du Taser en France, SMP Technologies pour avoir alerté l’opinion publique, les parlementaires et les autorités des dangers liés à l’usage du Taser. L’article du Monde publié in extenso ci-dessous semble nous donner raison...

La mort d’un homme relance le débat sur l’utilisation du pistolet Taser

Le Monde du 16 novembre 2007

Un Polonais de 40 ans, Robert Dziekanski, est mort le 14 octobre après avoir reçu deux décharges d’un pistolet Taser à l’aéroport de Vancouver, au Canada. La scène a été filmée par un vidéaste amateur qui a mis ses bandes à la disposition de la police canadienne. Contraint de déposer une plainte pour les récupérer, il a décidé de les communiquer à la presse, mercredi 14 novembre.

Débarquant de Pologne, M. Dziekanski attendait depuis plus de dix heures dans la zone sécurisée de l’aéroport et cherchait à rejoindre sa mère qui l’attendait dans la zone publique. La vidéo montre l’homme hagard et effrayé. Il se parle à lui-même en polonais. Il fait tomber un ordinateur et brandit un tabouret qu’il jette contre une cloison vitrée. Il n’oppose cependant aucune résistance aux quatre policiers qui viennent l’encercler. Ces derniers semblent se concerter. A peine vingt secondes après leur arrivée, l’un d’entre eux sort son pistolet Taser et envoie une décharge de 50 000 volts à M. Dziekanski, qui fait quelques pas en hurlant avant de s’écrouler. Les policiers le maintiennent fermement au sol. M. Dziekanski décédera peu de temps après.

SANS DANGER "SUR LES INDIVIDUS EN BONNE SANTÉ"

La police a ouvert une enquête et a appelé à ne pas juger l’action des policiers sur cette seule vidéo qui n’est qu’un "des éléments à prendre en compte". La firme Taser International affirme que son arme "sauve des vies tous les jours" et qu’elle est sans danger "sur les individus en bonne santé", concédant toutefois qu’elle peut être létale chez des personnes droguées ou ayant des problèmes médicaux. L’autopsie de M. Dziekanski a révélé qu’il n’avait consommé ni drogue ni alcool.

L’ambassadeur de Pologne à Ottawa, Piotr Ogrodzinski, s’est dit "choqué par ce film douloureux". Varsovie a officiellement demandé des explications aux autorités canadiennes et la communication des résultats de l’enquête. A l’instar des autorités polonaises, la presse canadienne s’interroge sur les circonstances de ce drame. Le Globe and Mail, qui se demande si "la vidéo raconte toute l’histoire", a "une seule certitude : M. Dziekanski n’aurait pas dû mourir". Le Vancouver Sun regrette, pour sa part, l’attitude de la police qui consiste à "d’abord utiliser le Taser et à poser les questions ensuite". Le journal demande enfin que "les changements nécessaires soient apportés pour que cette tragédie ne se reproduise pas".

La scène filmée par un passager canadien, Paul Pritchard.