RAIDH - Réseau d’Alerte et d’Intervention pour les Droits de l’Homme
Bouton menu

La solidarité ne doit pas devenir un délit : 3 juillet 2007 Bobigny

Une passagère française du Paris-Bamako du 28 avril 2007, passe en jugement le 3 juillet à 9 h 30 à la 11ème chambre du tribunal de Bobigny pour avoir incité deux personnes reconduites à la frontière, ainsi que les autres passagers du vol d’Air France, à la rébellion, par des cris et des discours publics en vue de faire opposer une résistance violente à des personnes dépositaires de l’autorité publique ».

Dans son témoignage, la passagère n’apparaît pourtant pas comme une meneuse incitant à la violence : elle a soixante ans, venait de perdre son père et ne pensait, à son arrivée dans l’avion, qu’à dormir.
Mais elle a été indignée de voir étouffer des cris avec des coussins et refuse de payer un billet d’avion « pour un vol régulier qui sert de prison ». Elle a simplement exprimé, ainsi que d’autres passagers, son désaccord sur les méthodes et la présence policière dans l’avion.
Les boucs émissaires sont alors tout trouvés. Il paraît, en effet, encore difficile de mettre en examen pour rébellion tous les passagers d’un vol commercial.

Les associations de lutte avec les sans-papiers invitent tous les habitants de Bobigny et de la région parisienne à un rassemblement de soutien devant le tribunal le lundi 3 juillet à 9 h 30.