RAIDH - Réseau d’Alerte et d’Intervention pour les Droits de l’Homme
Bouton menu

Politis : Va te faire « taser » !

Article paru sur le blog des rédacteurs de Politis

En 2006, le Réseau d’alerte et d’intervention pour les droits de l’homme (Raidh) lançait sa campagne « Non au Taser ». Le Taser X26 est, rappelons-le, un pistolet à impulsion électrique (PIE), capable de paralyser un individu à 4 ;5, 7 ou 10 mètres en lui envoyant une (voire plusieurs) décharge de 50 000 volts à 0,2 milliampère pendant cinq secondes. Cette arme de 4e catégorie (comme le 357 Magnum ou le fusil à pompes), dite « moins mortelle », est réservée au maintien de l’ordre. Policiers et gendarmes en ont reçu 4 000. Un décret controversé, toujours en attente de publication, permettra aux agents de police municipale (qui n’ont droit qu’au P38) d’en user. La pénitentiaire est en train de la tester. Et le distributeur français SMP Technologies espère fourguer à la ministre de l’Intérieur son Quadri-France, un drone d’observation à Taser intégré.

Cette prolifération de PIE inquiète le Raidh, qui, comme Amnesty International, conteste leur innocuité. Son site renvoie à de nombreux rapports soulignant le risque d’usages abusifs ou disproportionnés, et faisant état de morts (291 personnes aux États-Unis) à la suite d’arrestations au cours desquelles il a été employé. Un rapport, daté de 2007, du Comité contre la torture des Nations unies se référant à diverses études, constate que l’usage du X26 « provoque une douleur aiguë, constituant une forme de torture, et que, dans certains cas, il peut même causer la mort ». Ce qui n’a pas empêché SMP Technologies de poursuivre le Raidh pour dénigrement de marque commerciale , lui réclamant 61 000 euros, soit 60 fois son budget annuel. « Taser attaque toute manifestation de contestation, note Arnaud Gaillard, du Raidh, ça va jusqu’à un médecin légiste au Canada. On se demande si ce n’est pas une manière, très offensive, de communiquer à peu de frais. » L’association lance un appel à soutien et dénonce une « liberté d’expression sous haute tension ». Elle a aussi, à l’occasion de l’examen périodique de la situation des droits de l’homme en France par le Haut Commissariat aux droits de l’homme de l’ONU, les 14 et 15 mai, saisit celui-ci sur la question de la prolifération de ces armes de défense.

Une question d’autant plus actuelle qu’un nouveau Taser arrive sur le marché. Aux États-Unis, le Taser C2 se vend comme on vendait des Tupperware, et les dames raffolent de ces ladies guns roses ou panthère assortis à leur sac à main. En France, les « soirées Taser » ne sont pas encore à la mode, mais le Taser C2, rebaptisé « Stoper C2 » pour noyer le poisson, est bel en bien en vente libre depuis cette année. Sa distance de tir est limitée à 4,50 mètres, mais, dixit une commerciale de SMP Technologies, « il a la même puissance électrique que le X26 ». De quoi tomber Raidh.