RAIDH - Réseau d’Alerte et d’Intervention pour les Droits de l’Homme
Bouton menu

RAIDH s’auto-dissout face à aux pressions judiciaires de ses adversaires... poissson d’avril !

Poisson d’avril !!!!

RAIDH passe en procès le mercredi 7 avril 2010 à 13 h 30 pôle 2 chambre 7 à la Cour d’appel de Paris


Procès en appel TASER / RAIDH 7 avril 2010 à 13h30
envoyé par KTYRAIDH. - L’info internationale vidéo.

Venez nous soutenir et signez la pétition "liberté d’expression sous haute tension !"

Paris, le 1er avril 2010

RAIDH s’auto-dissout face à aux pressions judiciaires de ses adversaires

L’association RAIDH, Réseau d’Alerte et d’Intervention pour les Droits de l’Homme, qui mène campagne contre l’implantation généralisée du Taser, fait part de sa dissolution une semaine avant son procès en appel contre l’entreprise Taser France.

« Face à la menace d’une sanction de 50 000 euros de dommages-intérêts pour dénigrement et dépassement des limites de la liberté d’expression, RAIDH préfère jeter l’éponge » indique Cathy Mounier, nouvelle Présidente de l’association.

RAIDH est en procès depuis 3 ans contre le distributeur du Taser en France pour avoir indiqué que l’usage du Taser était potentiellement mortel, une argumentation récemment reprise par le Conseil d’Etat dans son arrêt du 2 septembre 2009 interdisant l’usage du Taser par les polices municipales après saisine de l’association.

Réunis en Assemblée générale le 30 mars dernier, les membres de l’association ont adopté à l’unanimité la dissolution de RAIDH devant les risques financiers que font courir des entreprises prêtes à tout pour défendre leurs intérêts privés, une initiative de plus en plus fréquente qualifiée de SLAPP ou poursuite-bâillon.

« Nous avons souhaité poursuivre notre engagement en faveur d’une autre cause, moins risquée, celle de la préservation des mammifères plantigrades, autour de notre nouvelle association dénommée OURS. », indique Cathy Mounier.

Le procès qui devrait donner lieu à la dernière apparition publique de RAIDH se tiendra le mercredi 7 avril 2010 à 13 h 30 à la Cour d’appel de Paris, pôle 2 chambre 7 de la Cour d’Appel de Paris.