RAIDH - Réseau d’Alerte et d’Intervention pour les Droits de l’Homme
Bouton menu

3.0 TASER DANS LE MONDE ET EN FRANCE : une croissance foudroyante

Développé et produit aux Etats-Unis par la société Taser
International, leader du marché des armes « moins meurtrières perfectionnées », le Taser équipe environ 5000 départements de la police aux Etats-Unis et les G.I.’s
les utilisent en Irak. 100 000 Taser ont été vendus aux Etats-Unis.

Au Canada, la police de Montréal et de nombreuses prisons en sont dotées. Taser International déclare vouloir fournir la dernière version du Taser aux gouvernements du
Royaume-Uni, de France, d’Australie et de Corée du Sud. La
société Taser démarche également (via des distributeurs nationaux) en Allemagne, Espagne, Autriche,
Suisse, Finlande, Suède et République Tchèque. De plus, des
compagnies aériennes comme United Airlines ou Korean Airlines se sont équipées de Taser.

La société Taser International est donc en plein développement et après l’Amérique du Nord, elle
étend désormais son marché à l’Europe et à la France.

3.1. La société Taser International

Taser International Inc. est une société américaine créée en 1993 et basée en Arizona. Portant le nom d’un sympathique génie bricoleur, Thomas Swift, héros de romans pour enfants, TASER, Thomas A. Swift Electric Rifle, est une société qui s’est spécialisée dans le domaine des armes « non létales » électriques. La société, en plein développement, cible principalement les marchés des secteurs de l’administration policière, pénitentiaire, de la sécurité privée et de l’autodéfense. D’abord limitée au marché des particuliers, la société a investi le marché de la sécurité civile et militaire à partir de 2000. Elle s’est introduite en bourse (au NASDAQ) en 2001 (cours d’introduction : 13US$). L’appareil Taser X26 est commercialisé depuis 2003.

Les actionnaires majoritaires de Taser International sont :

 » Goldmans Sachs, banque d’affaires américaine, première actionnaire de Taser international avec plus de 3 millions d’actions ( 14 ) ;

 » Bjurman, Barry & Associates, fond de pension américain ;

 » Barclays (une banque qui se targue en Grande-Bretagne de geler les comptes du parti d’extrême droite britannique, le BNP, sous couvert de respect des droits de l’Homme) ( 15 ) ;

 » Patrick Smith, fondateur de Taser international avec son frère ;

 » Thomas Smith, PDG de l’entreprise ;

 » Culver Bruce, directeur de Taser international ;

 » Parmis les actionnaires, on retrouvait au 28 Février 2006 des entreprises aussi prestigieuses qu’Axa, BNP Paribas et le Crédit Agricole.

Développant une stratégie de communication intense et ciblée, elle finance sa propre fondation, la Taser Foundation, dont l’objet est de venir en aide aux familles des policiers morts en service.

Dans une société américaine surarmée, les récriminations des défenseurs des droits de l’Homme à propos des usages du Taser n’intéressent aucunement l’entreprise Taser International. Construisant son argumentation commerciale sur la peur de l’agression, elle n’hésite pas à diffuser des reportages audiovisuels montrant pourtant des utilisations très contestables : tirs sur des prisonniers en cellule, sur des personnes non violentes dans le cadre de contrôles routiers ordinaires, tirs dans le dos... Les cent cinquante trois cas de décès que lui opposent ses détracteurs ? Selon Taser International, de simples drogués qui seraient certainement morts même sans Taser...

Chaque nouveau contrat, chaque essai concluant est immédiatement publié et commenté par un service de presse très réactif. Chaque incident rapporté dans la presse est aussitôt dévalorisé et contesté. L’objectif : faire monter le cours de l’action en bourse. Et cette stratégie a été efficace.

La société a ainsi bénéficié au cours de l’année 2004 d’une véritable flambée spéculative. Taser International joue sur des effets d’annonce en multipliant les communications sur de potentiels marchés à venir : contrat de recherche avec la marine américaine (16), contrat d’exclusivité avec la plus grande entreprise de distribution (17)d’armes à feu des Etats-Unis (18), autorisation d’utilisation accordée en Angleterre et au Pays de Galles...

Par conséquent, on peut noter une croissance de 286% des ventes de Taser entre le premier trimestre 2003 et 2004, un résultat net de 1451% pour la même période, une marge brute en croissance de 376%. Cela représente 3,6 millions de dollars de bénéfices nets en un an soit une croissance de 27% (après impôts). Plus de 11000 Taser X26, le fleuron de la marque, et 170 000 recharges (produits à forte marge bénéficiaire) ont été vendus pour le seul premier trimestre de l’année 2004.

L’action Taser a, cependant, subit une chute en 2005 (cf. graphique plus bas). Est-ce en lien avec la sortie du rapport d’Amnesty International ou est-ce dû à la réticence de certains pays à s’équiper d’une arme dont la dangerosité est avérée par 153 morts aux Etats-Unis ?

Accumulant les déclarations péremptoires, l’entreprise Taser International s’est prise à son propre jeu et doit faire face aujourd’hui à plusieurs « class actions » ( 19 ) relatives à des allégations mensongères sur la qualité et l’innocuité de ses produits. Plus grave, dix-huit requérants poursuivent la société pour des dommages subis par l’utilisation du Taser.

3.2 Taser en Amérique du Nord

Revenir au sommaire

RAIDH - Réseau d’Alerte et d’Intervention pour les Droits de l’Homme