RAIDH - Réseau d’Alerte et d’Intervention pour les Droits de l’Homme
Bouton menu

Taser France chez Karl Zéro : RAIDH sous le choc !

Paris, le 12 novembre 2008,

Communiqué de presse

RAIDH souhaite réagir à la récente interview du directeur de Taser France dans l’émission de Karl Zéro sur BFM TV le 7 novembre 2008. L’association qui vient de gagner le procès intenté par Taser France pour "dépassement des limites de la liberté d’expression" le 27 octobre dernier entend rappeler quelques faits avérés qui contre-disent les éléments portés au débat.

Regarder l’interview :


Patron Taser chez Karl Zero
envoyé par al-fred

Commentaires de RAIDH aux déclarations d’Antoine Di Zazzo

"Les gens sont favorables au Taser à plus de 90 %" selon les "grands sondages"

A notre connaissance aucun sondage n’a été mené en France sur la "côte de popularité" du Taser et encore moins à partir d’un échantillon représentatif de la population par la méthode dite des quotas.

"Le Taser a un effet électronique, ce n’est pas de l’électricité."

La qualification générique de cette arme est "pistolet à impulsion électrique".
L’appel d’offre, par ailleurs remporté par SMP Technologies Taser France porte ainsi sur la "fourniture de pistolets à impulsion électrique (P.I.E.)".

Les 50000 volts adressés par le Taser X26 en font d’ailleurs une arme classée par le Règlement européen concernant le commerce de certains biens susceptibles d’être utilisés en vue d’infliger la peine capitale, la torture ou d’autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. Rappelons ici que Taser signifie "Thomas A. Swift Electric Rifle" et que le mot électrique apparait 119 fois sur le site du concepteur du Taser aux Etats-Unis.

Les statistiques cités par M. Di Zazzo, reprenant des chiffres imputés à Mme Michèle Alliot-Marie sont les suivantes : "418 utlisations par un Taser, deux blessures mineures, un policier qui s’est tiré dans la main et un agresseur qui a eu quelques points de sutures".

RAIDH dispose de statistiques moins glorieuses.

Ainsi, en France un jeune homme de 26 ans a été blessé à la tête dans la nuit du 1er au 2 août dernier dans la ville de Vernonnet.

Selon les données officielles de la police nationale que RAIDH s’est procuré, il apparait que le 12 mai 2006, sept tirs de Taser ont été adressés par un policier à une personne en état de détresse mentale, six d’entre eux l’atteignant. La personne a alors fait un arrêt cardio-vasculaire nécessitant un massage cardiaque.

De l’avis même de la France dans sa réponse à une enquête du Comité de prévention de la torture, le Taser X26 n’est utilisé par les gendarmes que dans 17% des cas dans des situations de légitime défense ou en état de nécessité, les situations prioritairement envisagés par les notes d’instruction.

Au Canada, où les statistiques gouvernementales sont ouvertes grâce à une loi sur l’accès à l’information, il ressort que 910 personnes sur 3226 ayant reçu une décharge de pistolet Taser entre 2002 et 2007, soit 28 % d’entres elles, ont dû recevoir des soins médicaux, surtout pour des brûlures, des perforations et des blessures causées par des chutes.

"Pourquoi vous les journalistes, n’exigez pas que les rapports d’autopsie soient immédiatement publiés ?"

RAIDH s’amuse de cette recommandation à l’attention des journalistes posée par le directeur d’une entreprise qui attaque systématiquement ses détracteurs. Rappelons par ailleurs que l’entreprise Taser international, qui produit le Taser, a récemment attaqué un médecin légiste et un chercheur ayant eu outrecuidance de rédiger un rapport observant le lien de causalité entre la mort d’une personne et le choc électrique adressé par un Taser.

RAIDH dévoile à cette occasion la décision de justice rendue le 24 octobre 2008 par la Cour du District Nord de Californie condamnant l’entreprise Taser international au regard de sa responsabilité dans la mort de Robert C. Heston, citoyen américain électrocuté à 30 reprises. L’entreprise a été condamnée à payer la somme de 150 000 dollars de dommages-intérêts pour ne pas avoir suffisamment alerté les usagers de produit Taser des dangers mortels inhérents à l’usage de l’arme commercialisée.

RAIDH rappelle que la décision de justice rendue par le Tribunal de grande instance de Paris le 27 octobre 2008 en sa faveur contre Taser France mentionne que citer les 167 cas de mort recensés par notre association ne constitue pas un dépassement de la liberté d’expression ni un dénigrement des produits Taser. La décision rappelle également que "dans une dépêche d’Associated Press, Steve Tuttle, porte parole de la société TASER INTERNATIONAL, indique que "les Tasers ont officiellement été listés comme facteur contribuant à la mort de 12 personnes à l’échelle nationale". (voir l’article)

M. Di Zazzo ne sait plus pourquoi il a été mis en examen. "C’est tellement compliqué que mes avocats n’ont pas été capable de me dire ce que l’on me reprochait".

Les coups de Taser rendraient-ils amnésiques ?

Pour mémoire, Antoine di Zazzo a été mis en examen pour complicité par instruction de "divulgation intentionnelle de données confidentielles susceptibles de porter atteinte à l’intimité de la vie privée", "violation du secret professionnel", "accès frauduleux à un système de traitement automatisé de données" et de "détournement de finalités de données" et "recel" de ces délits. (source)

"La gendarmerie est équipée à 1% de ses effectifs, moins 30% d’utilisation des armes à feu"

Ce chiffre maintes fois cité, jamais rendu public via une quelconque étude est mathématiquement de l’ordre de l’équation impossible. On dénombre environ 150 coups de feu par an en moyenne par les forces de l’ordre en France. Fabien Jobard, sociologue, l’un des rares chercheurs ayant travaillé sur l’usage des armes à feu par les forces de l’ordre en France estimait dans son ouvrage, Bavures policières ?, à environ 0,3 coup de feu pour 1000 agents le nombre de tirs annuels.

En fait, on peut conclure des éléments précédemment cités que le Taser n’est pas utilisé en lieu et place d’une arme à feu mais en complément ; ce chiffre doit par conséquent être interrogé.

RAIDH demande à cet effet que la méthode et l’étude faisant part d’une baisse de 30% de l’usage de l’arme à feu depuis la dotation des forces de l’ordre en Taser soient immédiatement rendues publiques.

Questions en suspens :

Taser en déroute ?

Le PDG de Taser international qui est propriétaire de près de 1% des actions Taser vient de démissionner à l’heure ou le bénéfice net de l’entreprise a perdu 90% par rapport à l’an dernier selon son dernier rapport trimestriel. A 3 dollars l’action cotée au NASDAQ, l’entreprise va-elle disparaitre avant même que le gouvernement français n’achète de nouveaux Taser ?

Le directeur de Taser France fait part de menaces qui pèserait sur lui et les salariés de son entreprise.

RAIDH rappelle à cette occasion que c’est bien Taser France qui a poursuivi en justice à trois reprises trois associations de défense des droits de l’Homme et de défense des libertés civiques, qui ont toutes trois donné lieu à une condamnation de l’entreprise aux dépens. Un autre procès est actuellement en cours pour diffamation contre Olivier Besancenot dont le délibéré sera rendu le lundi 24 novembre.,

Cerise sur le gâteau, SMP Technologies Taser France a initié une procédure en diffamation contre l’Express pour avoir précisément dévoilé l’affaire de l’espionnage du leader de la LCR. Curieusement, Taser France serait sur le point de se rétracter...

Documents à télécharger

  Décision de justice condamnant Taser international pour la mort de Robert C. Heston   Sans titre   Actionnaires de Taser international au 23 octobre 2008


Documents à télécharger

  Décision de justice condamnant Taser international pour la mort de Robert C. Heston   Sans titre   Actionnaires de Taser international au 23 octobre 2008