RAIDH - Réseau d’Alerte et d’Intervention pour les Droits de l’Homme
Bouton menu

Taser : Sarkozy interrogé par la Sénatrice Nicole Borvo Cohen-Seat

RAIDH et de nombreux citoyens et défenseurs des droits fondamentaux se mobilisent en France pour interdire une arme contestée, le Taser. Cette arme, qui adresse une décharge de 50.000 volts à une distance de 7 mètres est sur le point d’équiper de 3000 à 6000 policiers et gendarmes en France. Pourtant, son usage peut constituer une forme de traitement cruel, inhumain et dégrandant.

Dans ce cadre, RAIDH a adressé son rapport "Taser, dernière gégène au pays des droits de l’Homme ?" à l’ensemble des députés et sénateurs.

Mme Nicole Borvo Cohen-Seat, Sénatrice et Conseillère Communiste de Paris et Présidente du Groupe Communiste Républicain et Citoyen a adressé une question écrite à l’attention de M. Nicolas Sarkozy, ministre de l’Intérieur. Une mobilisation salutaire.

Question écrite

Madame Nicole Borvo Cohen-Seat attire l’attention de Monsieur le Ministre de l’Intérieur sur l’introduction du Taser comme arme dans la police française.
Le pistolet Taser bénéficie d’un système de pointage par laser et expédie à une distance de plus de 7 mètres à l’aide d’une cartouche d’azote comprimée deux aiguilles capables de percer une épaisseur de vêtements de 5 centimètres et d’envoyer une décharge de 50 000 volts. Ce pistolet est très répandu aux Etats-Unis.
En juillet 2004 une enquête du New York Times révélait que concernant cette arme le chiffre de cinquante morts avait été atteint et que les effets engendrés par ce pistolet n’avaient jamais fait l’objet d’études autres que celles commandités par la firme Taser ou les forces de l’ordre. Dans son édition du 5 janvier 2006, le journal américain Arizona Republic publiait une liste de 167 personnes décédées peu après avoir été touchées par un Taser.
En Europe certains pays comme la Belgique, l’Italie et les Pays Bas ont interdit le Taser. Le Ministère de l’Intérieur français a reçu un rapport sur l’expérimentation du Taser dont certaines unités du GIGN et du GIPN sont déjà équipées qui n’a pas été rendu public. Etant entendu que cette arme provoque une contraction musculaire du corps et que le cœur est un muscle une étude sérieuse et indépendante sur les effets du Taser paraît vitale.
De plus malgré que les unités d’élite soient spécifiquement formées à la gestion de situations de crise, la CNDS a relevé récemment qu’une des premières utilisations du Taser par le GIPN de Marseille apparaissait non seulement disproportionnée mais aussi injustifiée.
Malgré ces éléments qui devraient inciter, pour le moins, à la prudence le ministère de l’intérieur annonce que 3000 à 6000 policiers, tous corps confondus, seront équipés de Tasers dans les mois à venir.
Dans un souci d’information elle lui demande quand est-ce qu’il compte rendre public le rapport du ministère de l’intérieur concernant l’expérimentation du Taser par la police française. Elle lui demande également qu’en attendant un moratoire sur les commandes de Taser effectuées par le ministère de l’intérieur soit prononcé. Au vu de la dangerosité du Taser, surtout quand il est entre les mains de personnes n’ayant aucune formation particulière, elle lui demande s’il compte interdire sa vente publique.

Paris, le 12 juin 2006
Nicole Borvo Cohen-Seat, Sénatrice et Conseillère Communiste de Paris
Présidente du Groupe Communiste Républicain et Citoyen

RAIDH - Réseau d’Alerte et d’Intervention pour les Droits de l’Homme