RAIDH - Réseau d’Alerte et d’Intervention pour les Droits de l’Homme
Bouton menu

Taser en France : les faits

Depuis le début de sa campagne contre l’implantation généralisée des pistolets à impulsion électrique en France, RAIDH réclame au ministère de l’Interieur des informations sur l’usage du Taser X26 en France. Sans succès.

RAIDH a réussi à se procurer la liste des usages du Taser X26 par la gendarmerie et par la police nationale.

Les statistiques officielles font état de 105 usages du Taser X26 pour l’année 2006 par les gendarmes se distribuant comme suit :

Soit :

- légitime défense : 14 utilisations ;

- interpellation d’auteurs d’un crime ou d’un délit flagrant : 13 utilisations ;

- réduction d’une résistance manifeste : 74 utilisations ;

- état de nécessité : 4 utilisations.

Cette information révèle par conséquent que le Taser X26 n’est utilisé que dans 17% des cas dans des situations de légitime défense ou en état de nécessité mettant en branle l’argument commercial selon lequel l’usage des pistolets à impulsion électrique sauverait des vies et remplacerait l’usage de l’arme à feu. Imaginons un instant qu’un policier fasse usage de son arme et tire sur toute personne manifestant une résistance à son arrestation...

RAIDH s’est également procuré une liste non exhaustive d’interventions de la police nationale, qui elle n’a pas fait l’objet d’un traitement chiffré.
Sur les 34 cas mentionnés, un incident de tir laisse présager le pire.

Ainsi, le 12 mai 2006, un malade mental s’est fait tirer dessus à 7 reprises par un policier, six d’entre elles l’atteignant. La personne a alors fait un arrêt cardio-vasculaire nécessitant un massage cardiaque...

Face à la multiplication de l’usage de pistolets à impulsion électrique en France, RAIDH se réserve le droit d’interpeler les plus autorités internationales et nationales afin que le principe de précaution soit enfin appliqué en dépit des pressions exercées à notre encontre.

Une question demeure en suspens : le gouvernement attend-il un mort pour limiter la dotation des forces de l’ordre en armes qui leur sont vantés comme non létales ?