RAIDH - Réseau d’Alerte et d’Intervention pour les Droits de l’Homme
Bouton menu

Taser : vous allez vibrer - couverture presse RAIDH dans Teknikart du 28 juillet 2006

Vincent Coquebert, journaliste à Teknikart, a interrogé RAIDH dans le cadre de sa campagne contre l’implantantion du Taser en France.

L’article original

Taser : vous allez vibrer

Technikart : C’est quoi Raidh ?

Raidh : Raidh est une association qui s’est construite en 2002 suite au second tour de l’élection présidentielle afin de se poser en contrepoids face au climat sécuritaire ambient et à ses débordements. Raidh est composée en majorité de personnes issues des ONG. Notre but est de s’assurer que les droits de l’homme sont correctement appliqués

Technikart : Quels types d’actions réalisez vous ?

On fait de l’accompagnement humain et juridique pour les gens qui ont subi des abus policiers. Si par exemple ils souhaitent porter plainte, on les guide dans leur démarche. Sinon on a lancé le "Kit Keuf" une sorte de pense bête proposant une vulgarisation des textes de loi du code pénal destinée à tous les citoyens afin qu’ils sachent de quels droits ils disposent lors d’une fouille, d’une garde à vue etc. Une version réactualisée datant de mars dernier est téléchargeable sur notre site. C’est parti du constat que très peu de gens connaissent réellement leurs droits face aux forces de l’ordre car sur ces sujets le code pénal évolue régulièrement. Enfin on s’est particulièrement concentrés cette année sur notre campagne anti-taser.

Technikart : Rappellez nous ce qu’est le Taser

Le taser c’est une arme présentée comme non létale qui envoie une décharge électrique de 50 mille volts qui bloque le système nerveux. Concrètement deux harpons viennent se planter sous la peau pour envoyer le courant. En france c’est une arme en vente libre alors qu’elle est interdite dans de nombreux pays tel le Danemark, l’Angleterre, l’Italie, le Japon. On a réalisé un dossier complet sur le Taser dans lequel on a recensé les différents cas dans lesquels son usage a été mortel (NDRL : un peu moins d’une centaine par an) on l’a envoyé à différents parlementaires et les retours sont plutôt positifs. Les seules études réalisées par la société Taser sur la dangerosité de leur arme a été faite sur des cochons. Il n’y a jamais eu de tests à grande échelle coordonnés par une autorité indépendante.

Technikart : Cette arme n’est pas encore en posession des forces de l’ordre ?

La police Française l’a expérimenté l’hiver dernier dans une centaine d’unités. Il y a eu 138 utilisations du Taser qui ont pour certaines donné lieu à des rapports très négatifs du C.N.D.S (NDRL : Commission Nationale de Déontologie et de Sécurité). Un rapport a été publié mais le ministère de l’intérieur refuse de le rendre public. Nicolas Sarkozy a lancé un appel d’offre l’année dernière, bouclé depuis le 19 juin dernier, qui prévoit une commande de 3 à 6000 Tasers. En même temps, on peut se demander à quoi sert cet appel d’offre sachant que la société Taser détient le quasi-monopole du marché. A 1000 euros l’unité, ça devrait revenir à 6 000 000 millions d’euros aux frais du contribuable. Cela sans compter les recharges qui elles coûtent 50 euros pour deux unités.

Technikart : Qu’est ce que vous craignez ?

Une escalade de la violence du coté des policiers comme du côté des citoyens. Le Taser est une arme déculpabilisante qui va ne va faire qu’envenimer les rapports -déjà compliqués- entre les forces de l’ordre et la population et légitimer une plus grande agressivité. On peut aussi s’interroger sur la manière dont va être utilisé le Taser et sur quelle population. Aux Etats-Unis il y a différents cas où on a pu se rendre compte que son usage se fait parfois de façon complètement arbitraire. Le principal avantage que met en avant la société Taser mais aussi les politiques est que le Taser est une arme non létale et que cela va permettre d’éviter les bavures. Ce type d’argument est entendable aux Etats-Unis mais en France ça n’a pas de sens sachant qu’on compte moins d’une dizaine de morts de ce type. Ca va au contraire faire augmenter la violence sur les personnes

Entretien : Vincent Cocquebert.

RAIDH - Réseau d’Alerte et d’Intervention pour les Droits de l’Homme